Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Délicatesse et fluidité (Tel père tel fils)

Une trame identique à celle de La vie est un fleuve tranquille sur laquelle Koreeda brode une tapisserie faite de délicatesse, de douceur et de cruauté, toutes les nuances regroupées dans un récit d’une linéarité et d’une fluidité que maîtrise parfaitement le cinéaste japonais. Dans tel père tel fils, Koreeda interroge les notions de cellule familiale, de paternité et de maternité, avec un réalisme jamais pesant, bien au contraire. Il reste un directeur d’acteurs hors pair notamment vis-à-vis des enfants, en digne héritier d’Ozu. Humanisme, clarté de l’exposition, humour discret, le réalisateur confirme son statut de très grand. Chez lui, le sujet importe, certes, mais c’est le style et l’impulsion qu’il lui donne qui font tout le prix de ses œuvres. Comme des miniatures raffinées et amoureusement dessinées.

 

21003661_20130506161700003.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg



24/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres